Les identités plurielles des enfants de couples mixtes au Québec

Entre transmission, choix personnels et
contraintes sociales​

Résumé du projet de recherche

Cette recherche pluridisciplinaire (anthropologie, travail social, psychologie) a comme objectif principal de décrire et de comprendre le processus de construction identitaire des enfants de couples mixtes ayant été socialisés au Québec.

À partir d’une approche qualitative, il s’agira de répondre aux trois sous-objectifs de recherche suivants : 1) Documenter les principaux choix des enfants de couples mixtes en lien avec les marqueurs identitaires transmis ou non par leurs parents ; 2) Examiner leur sentiment d’appartenance et 3) Identifier et étudier les divers éléments ayant contribué au processus de construction identitaire (dont l’impact de la perception sociale et des expériences de discrimination et de racisme, les formes et l’intensité de leurs pratiques transnationales ainsi que l’influence du facteur genre).

Le projet est constitué de deux étapes méthodologiques complémentaires. Tout d’abord, des entretiens individuels semi-structurés sont réalisés auprès d’enfants de couples mixtes de 18 ans et plus ayant été socialisés dans différentes villes du Québec et dont les parents présentent différents types de mixité sur le plan ethnique, religieux ou national (un parents d’origine québécoise et un parent immigrant ; deux parents nés au Québec dont l’un est d’origine québécoise et l’autre issu de l’immigration ; deux parents immigrants ; deux parents nés au Québec et issus de l’immigration). Ensuite, des récits croisés sont réalisés en menant des entretiens semi-structurés auprès des membres de la famille (grands-parents/parents/fratrie) d’une douzaine de descendants interviewés.

En dépit de l’augmentation récente de la proportion d’unions mixtes, les connaissances sur les enfants issus de ces unions demeurent très limitées au Québec comme ailleurs. Le projet générera des connaissances inédites sur le processus de construction identitaire de ces personnes et sur les divers éléments qui le façonnent, en particulier le genre, le cadre juridique et législatif lié à la famille, les expériences de discrimination et de racisme et les pratiques transnationales qui ont été peu étudiées. Les retombées toucheront autant la communauté scientifique qu’un public plus large (société civile, institutions publiques, écoles, décideurs, grand public).

En parallèle, nos partenaires marocains mèneront une étude similaire auprès d’enfants de couples mixtes socialisés au Maroc. La comparaison des résultats de ces deux recherches, menées dans des contextes très différents, nous permettra de faire ressortir les différences et les similitudes des deux contextes ainsi que les spécificités du contexte marocain.

Notre partenariat avec l’Institut universitaire SHERPA nous permettra de développer des outils de sensibilisation qui accompagneront la diffusion des résultats de la recherche dans les milieux académiques, mais également auprès des décideurs publics, dans les milieux associatifs, les festivals, les écoles, etc. En somme, les résultats de cette recherche (format scientifique ou artistique) permettront de mieux comprendre certains des enjeux et des mutations que connait actuellement la société Québécoise en ce qui a trait à la diversité culturelle (immigration) et à l’intégration tout en apportant des pistes de réflexion et d’orientation qui pourront servir à un mieux vivre ensemble.

*Le terme enfant renvoie ici à la position occupée par l’individu dans la famille mixte. Il s’agit d’une définition en termes de génération plutôt qu’en termes d’âge.

 

Projet de recherche financé par